4 jours : les collègues déterminés ne lâchent rien avec le SNUDI FO 63

Face à la mobilisation des personnels, l’IA obligé de s’engager pour débloquer des situations

Signezla pétition nationale du SNUDI FO pour le retour à 4 jours ICI

Jeudi 14 mars, une délégation de représentants des personnels des écoles de Thiers, Courpière, Clermont-Ferrand et Longues/Vic le Comte, avec le SNUDIFO 63, a été reçue par M. l’Inspecteur Académique. Le SNUDIFO 63 était mandaté pour présenter les situations de Chauriat, Riom, RPI de St Pardoux/Blot l’Eglise/Pouzol.

A Longues et Vic le Comte, tous les collègues de 2 écoles étaient en grève ce jeudi 14 mars et les écoles étaient fermées. Les 2 autres écoles seront fermées mardi 19 mars.

La presse était présente.

L’IA, dans un premier temps, refusait de recevoir l’ensemble de la délégation. La SNUDIFO 63 a exigé que tous les délégués soient reçus pour exposer précisément les situations. Ce qui a été finalement accepté.

Il y a 2 mois, lors du Comité Technique départemental, au SNUDIFO 63, seule organisation syndicale à porter les dossiers devant l’Administration sur la question des 4 jours, l’IA répondait « Le dossier est clos ! ». Devant la détermination des collègues, l’IA est obligé aujourd’hui de revoir cette position et affirme que des écoles repasseront à 4 jours à la rentrée 2019 !

Lors de l’entrevue, l’IA a pris des engagements

Longues/Vic le Comte :l’Administration va contacter le Conseil Départemental pour trouver une solution au sujet des transports, élément qui bloque la possibilité de revenir à 4 jours sur cette commune.

Sur ce point, le SNUDIFO rappelle que l’année dernière, avec l’appui du syndicat, la situation a été réglée dans la commune de Sauxillanges. Ce n’est pas aux transporteurs privés d’imposer les horaires de travail des enseignants.

Courpière : l’IA s’engage à prendre contact avec M Bernard, président de la ComCom Thiers Dore et Montagne. La majorité des enseignants et plus de 70% des parents d’élèves souhaitent le retour à 4 jours, et pourtant, les 4,5 jours sont maintenus. Les personnels restent mobilisés.

Thiers : si l’IA explique qu’il ne peut pas interférer auprès de la mairie, le SNUDIFO 63, en accord avec les collègues, a pris rendez-vous avec la Mairie le mardi 2 avril à 17h30. Déjà de nombreux enseignants avec le syndicat annoncent qu’ils seront présents, accompagnés par des dizaines de parents d’élèves.

Chauriat : la situation d’extrême tension a été exposée en détails. 7 enseignants sur 7 veulent le retour à 4 jours. L’IA se rapproche de l’IEN de circonscription.

Riom : l’ensemble des écoles de la ville, depuis l’année dernière, souhaitent, à une très grande majorité, le retour à 4 jours. La mairie bloque totalement les discussions : refus de recevoir en entrevue une délégation avec le SNUDIFO malgré des demandes réitérées. L’IEN de circonscription a aussi demandé à ce que la mairie revienne sur sa position. La situation est bloquée. Le SNUDIFO 63 a demandé à l’IA de voir comment le dialogue peut reprendre. Le SNUDIFO 63 va se rapprocher encore des collègues pour proposer des moyens d’action.

RPI St Pardoux/Blot l’Eglise/Pouzol : 5 enseignants sur 6 souhaitent le retour à 4 jours. 2 mairies aussi. Les autres voudraient suivre la position des enseignants mais maintiennent les 4,5 jours car la ComCom Combrailles Sioule et Morge ne veut pas mettre en place l’accueil en centre de loisirs le mercredi matin. L’IA s’engage à voir avec l’IEN de circonscription.

Clermont Ferrand :l’historique a été rappelé et le SNUDIFO 63 a relaté les positions de M. le Maire lors de l’entrevue accordée au syndicat l’année dernière. Aucune consultation n’a été faite auprès des personnels pour avoir une photographie précise de la position des personnels. Les nombreuses réponses récoltées par FO montrent que Clermont-Ferrand ne fait pas exception et que l’ultra majorité des collègues sont pour les 4 jours. Le SNUDIFO 63 ademandé que l’IA interpelle M. le Maire sur cette question. Le SNUDIFO 63 aremis les dizaines de motions d’écoles et de signatures de pétition pour un retour à 4 jours sur cette commune.

Les iniquités entre les personnels qui fonctionnent sur un rythme différent ont aussi été rappelées à l’Administration :

Les problèmes de remplaçants le mercredi matin

Le problème de gestion des personnels dans les circonscriptions par les personnels administratifs

Un trajet supplémentaire par semaine qui impacte les dépenses financières

L’impact sur la stabilité des équipes, les personnels souhaitant avant tout travailler dans des écoles à 4 jours

Le jour de carence retenu lorsque l’on est malade un mercredi matin sur un fonctionnement à 4,5 jours

Le problème de l’utilisation des salles des écoles par le périscolaire

Le problème de la gestion, par les enseignants et directeurs, de faits se déroulant sur le temps périscolaire

Le jeudi comme journée très difficile pour les apprentissages et la tenue de la classe

Ayant pris acte de ces réponses, le SNUDIFO 63 prendra ses responsabilités pour suivre de près l’évolution de l’ensemble de ces dossiers et de ceux où les collègues nous ont contacté (Mozac, Chateaugay, Cisternes-la-Forêt, Pont du Château…) et continuera à utiliser tous les moyens syndicaux à disposition pour gagner : entrevue auprès des mairies, du Conseil Départemental , mobilisation, information auprès des parents, grève…

Le SNUDI FO 63 a rappelé la revendication du rythme unique pour toutes les écoles du département et de France :

4 jours pour tous sur 36 semaines pour :

L’équité de traitement des personnels

La séparation nette du scolaire et du périscolaire

La défense du statut

Ce qui a été gagné l’année dernière à Cournon peut se faire partout ailleurs !

87 % des communes fonctionnent en France à 4 jours : l’exception d’hier doit devenir la norme !

Si les situations sont bloquées, c’est donc bien le rapport de force qu’il faut construire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *